Actualités

Emploi - 29 Octobre 2019

Inclusion : Une première à la CCI pour l’emploi des migrants

Inclusion : Une première à la CCI pour l’emploi des migrants

Avec l’association Job4mi, plusieurs acteurs économiques du territoire engagés en matière d’inclusion ont organisé à la CCI Nantes St-Nazaire une opération jobdating inédite à destination des migrants.

migrants, handicap, quartiers ... 

 

Il y a quelques mois, la CCI Nantes St-Nazaire et plusieurs réseaux économiques du territoire signaient avec l’Etat une charte en faveur de l’inclusion et de l’insertion professionnelle, prenant par la même occasion plusieurs engagements pour les personnes éloignées de l’emploi.

Le premier signe tangible de cette mobilisation des acteurs économiques locaux réunis au sein du Club « La Loire-Atlantique, une chance. Les entreprises s’engagent », a pris la forme d’une opération de jobdating qui s’est tenue le 25 octobre dans les locaux de la CCI Nantes St-Nazaire pour l’emploi des migrants. 

« Il s’agit de première action concrète de ce Club qui agit pour l’inclusion au niveau de la Loire-Atlantique. C’est donc une expérimentation. D’autres suivront autour des thèmes du « handicap », « des jeunes des quartiers » …. Pour les entreprises qui ont du mal à recruter, ces opérations de jobdating nécessitent de revoir leur mécanique de recrutement en se basant non plus sur le seul CV, mais davantage sur le savoir-être et les capacités des candidats, en ayant un regard bienveillant à leur égard », note Yann Trichard, président de la CCI Nantes St-Nazaire. 

Une premiere 

Pour cette matinée de jodating, le Club s’est appuyé sur l’association Job4mi qui accompagne les migrants dans leur insertion et qui joue le rôle d’intermédiation entre les entreprises et les personnes en situation de migration. 

Plus d’une cinquantaine de migrants, ayant tous une autorisation administrative de travailler ont participé à ce premier événement et ont pu rencontrer plusieurs dizaines d’entreprises locales de secteurs divers (énergie, transport, restauration, bâtiment, etc.) en vue d’un contrat d’un travail, d’apprentissage, d’intérim, etc... 

« Cette opération, c’est une première dans la région, et sans doute aussi en France. Elle est forcément regardée de près ailleurs », explique Boris Bailly de l’association Job4mi.